Précédemment suite

4193 Words
(...) Il est resté silencieux un moment à me regarder. Je ne parvenais pas à lire dans son regard. À quoi pensait-il exactement? C'était difficile de le dire. Il a posé sa main derrière ma nuque, me caressa la joue avec son pouce tout en affichant un sourire faible. Vous savez le genre de sourire qui veut dire tout va bien alors qu'on sait pertinemment que ce n'est pas le cas, il l'affichait à ce moment précis. Puis il m'embrassa avec douceur, je me laissai faire. Lui: je t'aime...(Smack) À chaque fois qu'il le dit mon coeur se réchauffe. Comment il arrive à le faire? À le dire comme si de rien n'était alors que cette phrase signifie tellement beaucoup. Il est sur de ce qu'il ressent à mon égard tandis que moi je ne sais pas encore à quoi je joue. J'ai envie de lui dire mais je n'arrive jamais à le faire. Pour ne pas laisser le silence s'installer je lui ai souris et l'ai embrassé à mon tour. Moi: bonne nuit. :) Lui: bonne nuit ma petite femme. Moi: donc tu recommences avec ça? Lui: lol tu préfères madame la violeuse. Moi: je n'ai rien dis. Lui: voilà...(mouack) Il aime m'embêter. ..................>................... **Une semaine plus tard** Premier jour d'examen aujourd'hui. J'étais un peu stressé en me réveillant mais là ça va. Mon Oncle a déjà tout réglé avec les parents d'Amandine. Comme ça a été dit elle va mener la grossesse à terme et s'occuper de son enfant. On participera à tous les frais concernant sa grossesse et aussi concernant l'enfant après l'accouchement, j'ai le droit de lui rendre visite autant de fois que je le veux et quand il sera un peu plus grand je pourrai l'emmener avec moi. Apparemment il aura besoin de la présence de sa mère pendant un moment. Vu qu'elle a aussi le bac à passer, elle a mit tout ce qui concerne la grossesse à côté pour le moment. Une fois cette période passée elle va faire les visites et tout le tralala là. Dans quelques jours elle va entamer son troisième mois de grossesse, j'espère que son ventre commencera à se voir. Je voudrais bien la voir avec un ventre arrondi. Déjà que la grossesse lui va bien. Bref... Moi j'ai fini par accepter la chose. Je serais père à seulement 18 ans, ça va je vais gérer. J'ai encore 6 mois devant moi pour me préparer. Moi ça va mais elle, je ne pense pas que ça lui aille. J'ai essayé de lui écrire, de m'excuser pour les problèmes que je lui pose, pour mon comportement cette nuit là mais comme d'habitude elle n'a pas répondu. Je respecte le fait qu'elle ne veuille pas me parler, je prends maintenant de ces nouvelles avec sa mère dont j'ai le contact. C'est par elle que je vais passer même pour l'enfant. Sa mère est gentille et contente d'avoir un petit-enfant même si elle estime que c'est tôt. Aujourd'hui c'est le premier jour d'examen... Je ne sais pas pourquoi mais je lui ai quand même envoyé un message pour lui souhaiter bonne chance même si je sais qu'elle ne répondra pas. J'ai pris mes effets et je suis sorti de ma chambre pour rejoindre mon oncle. C'est lui qui me dépose. On s'est déjà salué plus tôt et son fils m'a déjà souhaité bonne chance la veille. Il m'a dit de ne pas compter sur lui pour se réveiller aussi tôt pour me souhaiter bonne chance donc il l'a fait la veille. Sacré Alain!... Mon oncle me voit arriver et se lève pour sortir, je le suis en silence. Je ne sais toujours pas ce qu'il pense de cette affaire, il ne m'a toujours pas parler. On se salut chaque jour, j'ai l'impression que rien n'a changé contrairement à mes parents qui sont froids, mais j'ai vraiment besoin de savoir ce qu'il en pense. Nous sommes arrivés devant la voiture et sommes montés. Il a démarré le véhicule. Je n'ai pas pu me retenir parce que son silence par rapport à cette affaire me dérange. Moi: Oncle? Lui:.. Il n'a pas répondu pourtant je savais que j'avais toute son attention. Moi: tu es mon deuxième père. Quand tu as appris que j'ai enceinté une fille tu as tout fait pour me venir en aide. Lui:... Moi: mais toi même tu ne m'as rien dis concernant cette affaire. Je ne sais pas ce que tu penses de moi maintenant. Lui:... Moi:... Lui: tu as fais une erreur c'est vrai mais je ne peux pas te blâmer. Moi aussi j'ai eu un enfant très jeune, je n'étais pas prêt mais je m'en suis occupé quand même. Tu as tout mon soutien pour t'aider dans cette tâche, ton enfant sera mon enfant. Moi:... Je ne m'attendais pas à une telle réponse. Lui: je ne vais pas te dire que je suis fière de toi, ni que je suis déçu aussi. La vie à tellement de virgules, on la prend juste comme elle vient. Ce qui est sur tu restes mon fils. Moi:... Lui:... Moi: merci oncle pour ton soutien. :) Lui: ça va aller, aujourd'hui tu oublies tout ça et tu te concentres sur la copie. Moi: d'accord. Il m'a déposé a mon centre d'examen et m'a souhaité bonne chance avant de s'en aller. Je sais maintenant au moins qu'il me soutient , ça me fait plaisir. ...................>....................... Je suis stressée, stressée c'est peu de le dire. J'essaie de me remémorer mes cours mais j'y arrive pas. J'arrive même pas à me souvenir de ce que j'ai étudié concernant les matières qu'on a aujourd'hui. Edward vient à peine de me déposer à mon centre. Il y a plein de monde debout ou assis devant le portail, ils attendent qu'on ouvre. Nous sommes assis dans la voiture. C'est aujourd'hui, j'ai peur. Lui: calmes-toi. Moi: c'est difficile à faire. Lui: écoutes tu as bien révisé, ça se passera bien. Le bac c'est rien. Moi: dis ça à ce qui échoue. Lui: Lol ne penses pas à l'échec. T'es pas ici pour échouer. Moi: oui tu as raison. Lui: bien sur... Alors tu as bien vérifié que tu as ta carte? Moi: oui. Lui: tu te rappelles de ton numéro? Moi: mais bien sûr. Lui: ah on ne sait jamais, façon tu stresses là. Moi: je m'en souviens. Lui: ok c'est bien, dès qu'ils ouvrent tu cherches ta classe, ton banc et tu t'asseois. Moi: oui je sais. Lui: mais t'es prête...arrêtes juste de trembler...(petit rire). Han.. c'est vrai que je tremble, un peu. Je m'arrête. Lui: voilà. :) Au même moment mon téléphone s'est mis à sonner. Je fouille dans mon sac et je décroche. Moi: allô? Lui: ça va? Moi: je suis stressée Germain et toi? Lui: Moi je suis tranquille comme d'habitude, serein. Moi: tchup! Ta tranquillité me gâche la journée. Lui: lol... Je voulais te souhaiter bonne chance comme seul ton mari a pensé à moi aujourd'hui. Lol donc Il lui a même souhaité bonne chance. Hmmm c'est bien. Moi: pas du tout j'allais t'envoyer un message avant d'entrer au centre Lui: non tu ne sais pas qu'en ce moment c'est la voix qui calme. Moi: toi tu es trop b**e je jure. Lui: oh nul et sans effet, toute cette semaine je suis intelligent ok? Moi: (rire)... Lui: voilà faut te détendre comme ça, ça va aller. Moi: merci, bonne chance à toi aussi. Lui: compte rendu en soirée. Bisou. Moi: bisou. Je raccroche de ce rigolo. Edward m'observe. Pourquoi il m'observe comme ça? Moi : c'était Germain. Lui: je sais. Moi:... Lui: c'est bon tu es prête? Moi: Germain m'a dit qu'on est jamais prêt. Lui: (rire)... Il n'a pas tort . Moi: néanmoins ça va. Lui: ok. Bonne chance...(smack). Quand il a posé ses lèvres sur les miennes, ça m'a apaisé. À la base il allait juste me donner un b****r mais j'ai retenu ses lèvres et l'ai embrassé goulûment. Je ne sais pas si c'est l'adrénaline dû au stress mais vraiment... Lui: oh... Moi: là je suis prête. :D Lui: tant mieux alors. :) Je lui ai donné un dernier b****r avant de descendre de la voiture. Je lui ai fais un geste d'au revoir avec la main et il a démarré. ...: C'est le gars qui dépose à ce que je vois. Je me suis tournée pour regarder qui parlait. C'était une fille, assez jolie. Elle devait avoir à peu près mon âge. Bien que ça ne la regarde pas j'ai quand même répondu. Moi: non c'est mon mari en fait. Elle: ah ça! aussi jeune?... C'est pas nous oh. Moi: ouais... Bon je me suis éloignée d'elle, je ne suis pas venue pour faire la conversation, en plus je ne la connais pas et elle veut entrer dans la vie privée des gens. Tchup!... Dans quelques minutes ils vont ouvrir le portail. ...................>................... **Trois jours plus tard** Aujourd'hui c'était le dernier jour de l'écrit. Pff... Ce bac était merdique quoi! Je suis mal en boule. Mon téléphone sonne, c'est Cécile donc je décroche. Moi: allô? Elle: Germain on dit quoi? La dernière journée s'est bien passée? Moi: tchup!.. journée merdique! Bac merdique. Elle: oh c'est comment? Moi: c'est pas les gens qui ont composés l'épreuve de physique là, pleins d'erreurs! Ils n'ont fait que venir modifier ça. Vous vous en rendez compte?... Les élèves sont concentrés et chaque 5 min vous venez dire y a erreur à tel niveau. Obligé de déchirer la feuille de composition et recommencer. Vraiment le pays là, on doit encore fournir de gros efforts. Elle: (rire)... Moi: non sérieusement ne rit pas, ça m'énerve. Elle: lol t'inquiètes, ça va aller. Moi: ouais ça devrait aller. Elle: (petit rire)... Moi: et de ton côté? Elle: ça a été. Au finish j'ai stressée pour rien. Ça s'est bien passé. Moi: je suis content pour toi. Il reste l'Anglais. Elle: lol tu mets la matière facultative ou? Moi: qui? Moi?... Non je ne fais pas Art-plastique. Elle: maintenant si ça t'aide? Moi: jamais, je ne fais pas ça. Elle: lol, Moi aussi je n'allais pas faire de toute façon. Moi: et puis tu me fais le bruit? Elle: mais oh oui, je dois t'encourager? Moi: toi là pardon. Elle: Melissa va bien? Moi: c'est quoi ces derniers temps tu la demandes trop comme ça? Elle: oh je suis gentille avec elle, tu ne veux pas? Faut choisir hein. Moi: oh c'est bon... Elle va bien. On s'écrit chaque soir. Tiens vu que je ne vais pas à la matière facultative je vais lui proposer qu'on se voit ce soir. Elle: ok cool. Tu révises l'Anglais quand? Moi: qui va réviser anglais?... Moi je n'ai pas besoin de ça. Elle: eh pardonnez oh... Moi: I speak english fluently .( Je parle anglais correctement) Elle: ayi!... C'est bon j'ai compris. Excuses-moi. On a éclaté de rires ensemble. C'est vrai en fait que je suis un peu b**e. Elle: (rire)... Moi: et toi tu révises quand? Elle: le week-end, je vais réviser avec Edward. Moi: han les révisions en amoureux. Elle: tchup! Moi: ah là tu n'as pas nié être amoureuse. Elle: pourquoi tu aimes m'embêter roohh. Moi: ah je ne t'embête pas, je dis la vérité. Elle: d'abord même je te laisse. Moi: (rire)... À plus. Elle a raccroché. Moi je lance l'appel pour Melissa. ....................>...................... **Fin des épreuves** Enfin c'est fini!... Je sors de l'oral d'Anglais. Ça c'est bien déroulé, j'ai eu un bon professeur et puis Edward m'a aussi beaucoup aidé même si il a passé son temps à me demander en anglais pourquoi je lui privais de s**e. C'était amusant! Et quand je lui demandais si il était sûr que l'examinateur me poserait cette question, il répondait que ce sera très probable. En clair c'était vraiment drôle. Le bac est officiellement terminé. dans l'ensemble ça s'est bien passé, je suis plutôt fière de moi. J'ai pris mon téléphone et j'ai appelé Edward pour lui dire que j'ai terminé. Il doit normalement venir me chercher. ...: Cécile! C'est Christina Qui m'appelle. Vous savez la fille indiscrète qui m'avait abordé le premier jour là? Bein on s'est retrouvées dans la même salle de classe , elle et moi on a sympathisé, on a révisé ensemble les aprèms et déjeuner aussi. Bon ce n'était que trois jours aussi. Elle est très très bavarde, elle a tendance à se mêler de ce qui ne la regarde pas mais elle est plutôt sympathique. Moi: hey. Elle accourait vers moi. Elle est arrivée jusqu'à mon niveau. Elle: ça va? Ça s'est bien passé? Moi: oui oui et toi aussi, tu es déjà passée? Elle: oui. Moi: c'était bien? Elle: oui très bien. :) Moi: ok. Elle: tu vas ou? Elle est aussi un tout petit peu collante. Moi: je vais attendre mon mari. Elle: oh je peux te tenir compagnie? Moi: euh...ouais si tu veux. Je n'allais pas lui dire non, ça aurait été méchant de ma part. On a marché jusqu'à la sortie ensemble et on s'est assises devant l'école où on a discuté. Enfin disons plutôt qu'elle parlait et moi je m'efforçait à suivre. Elle disait tellement de chose en même temps, j'avais du mal à saisir. En fait je crois que je préférais quand on parlait de maths et d'svt. Une voiture s'est garée, j'ai reconnu celle d'Edward. Moi: bon je dois te laisser. Elle: oh... Moi: mon mari est là. Elle: ah ok je vois... Au revoir. Je me levais déjà. Elle: en fait vous passez par quel route? .. Moi:... Quoi?!... Elle: je me demandais si vous pouviez me laisser sur le chemin. Moi: euh... Là là elle a***e. Y a des gabonaises vraiment qui sont sans gêne. Moi: je vais voir avec mon mari... Attends là stp. Elle: ah les femmes sérieuses, ok. Moi:... Je suis allée vers la voiture. Moi: on a un problème? Lui: comment ça? Je pensais que ça c'était bien passé? Moi: non c'est pas par rapport à mon oral. Lui:... Moi: je t'ai parlé de cette fille avec qui je discute souvent. Lui: euh oui. Moi: elle aimerait savoir si on peut la déposer ou encore l'avancer. Lui: oui bien sûr. En quoi c'est un problème?... C'est ton amie non? Moi: je n'en suis pas si sûre. Lui: comment ça? Moi: tu verras. Je me suis redressée et ai fais signe à Christina de s'approcher. Ce qu'elle fit. Je suis montée côté passager et elle à l'arrière. Je lui ai présenté Edward et inversement et il a démarré. Comme d'habitude elle a beaucoup parlé mais ça ne semblait pas déplaire à Edward. Il discutait avec elle comme si de rien n'était, Moi je participais juste. Au finish on l'a déposé chez elle. Elle nous a dit au revoir et elle est descendue. On s'est passées nos contacts donc je pense qu'on continuera d'échanger. Moi: tu as vu? Lui: (rire)... C'est vrai que c'est une piplette. Moi: apparemment toi aussi vu que tu lui faisais la conversation. Lui: oui je lui faisais la conversation, c'est ton amie je ne devais pas la laisser parler seule. Moi: c'est une connaissance pas mon amie. Lui: mdr...et puis c'est pas tous les sujets qui étaient inintéressants. Moi: m'ouais. Lui: bon là on s'en va. Moi: oui je suis épuisée. Lui: épuisée comment ?... On ne rentre pas à la maison hein. Moi: comment ça? Lui: on va manger dehors et ensuite on rentre. Moi: Edward... Lui: toi qui te plaind que je ne t'emmene jamais nulle part là. Moi: bon d'accord. Lui: dis plutôt que tu veux manger oui. Moi: mais oui oh... :) Lui: (petite rire)... Il nous a emmené dans un restaurant que je ne connaissais pas encore. Le cadre était assez jolie et la nourriture y était bonne. On a passé un tête à tête merveilleux autour duquel les discussions s'enchainaient. Je lui parlais de ces jours de bac et lui il me parlait de son boulot pendant ces jours du bac. C'était vraiment bien. Quand nous sommes quittés du restaurant il était 19 h passé. Nous sommes rentrés et la première chose que j'ai faite c'est m'écrouler sur le canapé. Lui:... Edward n'a rien dit se contentant de continuer son chemin. Il est allé je ne sais où. Moi je suis restée là, allongée sur le canapé à regarder le plafond tranquille et l'instant d'après c'est sa tête que j'ai vu apparaître. Lui: debout. Moi: pourquoi? Je l'ai dis en me redressant quand même. C'est là que je remarquai qu'il avait tronqué sa chemise et son pantalon pour des vêtements plus décontractés. L'odeur de son eau de Cologne me titillait les narines. Il était... C'est encore quoi le terme?... Frais! Voilà il était frais, climatisé même si vous voulez. Moi: ah...tu vas où comme ça? Lui: non pas tu, on va où? Moi: comment ça? Lui: debout. Il le dit en me tirant la main pour me lever. Je m'exécute sans trop d'opposition. Lui: on va aller en boîte de nuit donc vas t'habiller. Moi: ah... Je me suis mise à rire mais pas aux éclats hein. Non c'était juste un rire simple. Il m'observe incrédule. Moi: en fait... Je ne veux pas y aller. :) Lui: Quoi?... Attends tu m'as fais tout un speech pour ça ici et tu ne veux plus y aller. C'est vrai que quand on y repense. Moi: bein... Lui: ou bien tu es juste fatiguée parce que si c'est ça on peut reporter. Moi: non non... Ça ne m'intéresse pas c'est tout. En fait je voulais juste l'emmerder quand je disais que je voulais aller en boîte de nuit, rien de plus. En réalité c'est un endroit qui ne m'intéresse pas trop et puis lui même n'y va plus donc ça ne sert à rien. Il me regarde avec étonnement, oui je sais j'a***e. :) Lui: donc en fait, si je comprends bien, tu m'as fais tout un bruit pour rien? Moi: non pas pour rien, tu vois je t'ai au moins amener à considérer la question. Lui:... Moi: et tu l'as fais c'est gentil de ta part. Ça montre que tu considères mes besoins. Il me regarda toujours de la même façon pendant un moment. Puis tout à coup il se met à retirer son T-shirt. Ah le beau corps de cet enfant, on pourrait l'admirer durant des heures. Il retire sa ceinture et ouvre sa braguette. Ce qui me réveille un peu. Moi: mais...qu'est-ce que tu fais? Lui: et la boîte comme droit d'accès au s**e? Moi:... Lui: tu m'as privé pendant près de trois semaines, me disant que quand je t'emmènerai en boîte tu.... Moi:... Lui: et tu me dis maintenant que tu ne veux pas y aller en réalité? Que ça ne t'intéresse pas? Il disait tout ça pendant qu'il retirait son Jean. J'avoue la scène était drôle, il avait l'air vraiment à bout. En même temps c'est ce que je voulais. Une fois son Jean au sol, il s'est mis à m'embrasser sauvagement, c'était passionné, j'ai pu sentir tout le désir qu'il éprouvait pour moi. J'adore ça! ça n'a pas mis longtemps à m'exciter. Cette abstinence c'était une très bonne idée! Il m'a soulevé et je me suis accrochée à lui en enroulant mes jambes autour de sa taille. On continuait à s'embrasser, toujours comme des assoiffés. En réalité le priver, me privait aussi et on sait tous à quel point j'aime ça donc imaginez-vous dans quel état moi aussi je suis. Nous nous sommes dirigés dans la chambre dans comme ça. À peine la porte refermée qu'il nous plaque contre elle. Eke! C'est parce que je l'ai embêté aussi qu'il est dans cet état ou c'est juste à cause de ces semaines d'abstinence forcées?... Quoi qu'il en soit j'adore ça! Il me fait descendre et me retourne face à la porte. Je pose les mains sur celle ci pour pouvoir me maintenir. Je sens ses lèvres dans mon cou, sur mon épaule. Il retire ma jupe et se colle à moi. Ça me fait pousser un gémissement d'excitation. Je sens son pénis dur contre ma raie. Son souffle chaud atteint mon oreille et il me dit alors même qu'il retire mon slip. Lui: tu vois dans quel état tu me mets? Sa voix était rauque et tremblait de désir. Oh oui je vois et si je continue c'est parce que j'aime ça. Un sourire en coin se dessine sur mon visage alors même que je me penche un peu pour lui permettre de me pénétrer. Il s'introduit avec une telle lenteur, ça ne fait qu'accentuer mon désir de le sentir en moi. Ils superposent ses mains aux miennes sur la porte et il se met à aller et venir. Oh oui! Oui oui!... Moi: (gémissements).... ************** ************** J'ouvre les yeux péniblement. Je n'ai pas assez dormi, je n'ai pas envie de me réveiller mais il ne m'en laisse pas le choix. Il me regardait dormir, il a affiché un de ses sourires là quand j'ai ouvert les yeux. Il s'est mis à me caresser les cheveux. Lui: je t'ai déjà dis que j'adorais tes cheveux. Moi: hmmm.... Bon il ne me l'a jamais dis mais c'est pas ce qui m'intéresse pour le moment. Moi: pourquoi tu fais toujours ça? Lui: faire quoi? Moi: quand tu veux me réveiller, tu me pinces la joue. Lui: je sais pas. J'essaie de te réveiller en douceur et c'est tout ce que j'ai trouvé pour. Moi:... Lui: et puis tes joues s'y prêtent. Moi: Mdr. :) Il continue de me caresser les cheveux et de me regarder. Au fait pourquoi il me réveille? Moi: il est quelle heure? Lui: 22h. Moi: pourquoi tu me réveille en fait? Lui: crois-moi j'aurais bien voulu te laisser dormir pour reprendre des forces. Lol, je secouai ma tête de gauche à droite dépassée. En fait je ne suis pas là seule à aimer ça. Lui: (petit rire)... Je viens de recevoir un appel de mon père il m'a demandé de venir à la maison maintenant et avec toi. Moi: ah... Lui: donc je te réveille. Moi: il t'a dit pourquoi? Lui: non, juste que ça ne pouvait pas attendre. Moi: ok. Je me suis redressée et me suis assise sur le lit. Il ne me quittait pas des yeux. Moi: arrêtes de me regarder comme si j'étais nue. Lui: (rire)... Mais tu es nue donc c'est difficile de ne pas regarder. :) Moi: c'est déplaisant. Lui: oui bien sûr. Il s'est avançé un peu plus et s'est mis à me donner des baisers le long du dos. Il montait au fur et à mesure. Ça me faisait frissonner. Il sait trop comment s'y prendre pour faire apparaître ou augmenter mon désir. Lui: et si on les laissait attendre encore une trentaine de minutes? J'ai pris une grande inspiration pour paraître crédible dans mes propos. Moi: ton père a dit que ça ne devait pas attendre. Lui: (mouack)... Si tu savais combien de fois mon père le dit. Moi: oui mais je ne crois pas que ce soit à cette heure ci qu'il le fait. Lui:... Il s'est arrêté un moment. Moi: ça doit être vraiment important. Il a expiré résolu. Lui: tu as sans doute raison. Il s'est redressé et est sorti du lit. C'est toujours autant bizarre de le voir tout **. Lui: on va prendre une douche? Moi: non non tu vas aller dans cette sale de bain prendre une douche et moi j'irai dans l'autre. Je l'ai dis en sortant du lit le drap enroulé autour du corps. Lui: même ça? Moi: oui ça va refreiner tes ardeurs. Lui: pfff... T'es dure. Moi: ne fais pas l'enfant. Lui: et toi arrêtes de te rhabiller à chaque fois qu'on a fini de faire l'amour ça sert à rien j'ai tout vu. Moi: pff... Lui: et cesses aussi de te cacher sous tes airs innocents. T'es loin de l'être. Moi: 0_0... Bon là ok il a pas tort. J'ai retiré mon drap, me retrouvant Moi aussi toute nue devant lui sans qu'il ne se passe rien. Moi: c'est mieux? Lui: oui beaucoup mieux. :) Moi: hum... Je me suis dirigée vers la porte. En fait lui aussi il aime les problèmes. Je sais qu'il me regarde, c'est impossible de ne pas sentir son regard sur moi. Je suis sortie pour emprunter la salle de bain de l'autre chambre. Vu que son père a dit que ça ne pouvait pas attendre mieux je fais vite. Quand même ça m'intrigue beau papa n'a pas l'habitude d'appeler, bon je ne sais pas si quand je ne suis pas présente avec son fils ils discutent... Mais en tout cas moi je n'ai pas encore vu. C'est toujours ma belle-mère. Et là il appelle son fils à cette heure de la nuit pour lui demander de venir et avec moi. De plus ça ne doit pas attendre. J'ai comme un mauvais pressentiment. Au bout d'une quinzaine de minutes je sors de là et je vais dans la chambre principale pour m'habiller. Edward ne tarde pas à sortir lui aussi et fait de même.....
Free reading for new users
Scan code to download app
Facebookexpand_more
  • author-avatar
    Writer
  • chap_listContents
  • likeADD