2

2793 Words
Chapitre 2: Karl APPIAH Dans la tête de Maira L’atmosphère est électrique pourtant nous sommes en plein air dans le jardin. Les yeux de papa, ceux de Jason et les miens lancent des éclairs tandis que Maman Lyne essaye de nous calmer. Malia nous regarde, les yeux larmoyants et finit par prendre son sac qui trainait au sol. Elle sortit une carte de son sac qu’elle déposa sur la table ainsi qu’un petit emballage. Papa prit la carte qu’il déchira en 1000 morceaux devant elle et elle ne put s’empêcher d’exprimer un sanglot. Les larmes lui ruisselaient les joues et elle finit par s’en aller en courant. Non mais elle croit quoi elle ? Qu’il suffit de pleurer et de s’excuser pour que je lui pardonne ? Jamais de la vie. J’aurais encore mieux accepté les choses si c’était une copine qui m’avait fait ce sale coup. Jamais je n’aurais pensé que ma propre sœur me ferait un coup aussi bas et encore plus ma sœur jumelle. Elle m’a trahie et détruite et elle le paiera toute sa vie. Elle m’a humiliée, blessée et croit que moi je lui pardonnerai cette trahison ? Elle ne me connaît pas encore celle-là ou bien elle croit que je suis toujours la petite Maira qu’elle a toujours connu. Maira la pacifique, la gentille, celle qui pardonnait toujours tout. Ce temps est terminé. Une sensation de chaleur me ramène à la réalité : c’est Jason. Il m’observe de son regard qui signifie qu’il est inquiet pour moi mais je le rassure. Je vais très bien et c’est plutôt pour papa que je suis inquiète. Il s’est vraiment emporté tout à l’heure.  Il finit par se lever de table, excédé, et suivi de près par Maman Lyne. Jason et moi reposons le gâteau sur la table et on finit par se rasseoir sur des chaises. -« On peut féliciter cette sorcière pour avoir gâcher la journée de tout le monde mais surtout celle de son papa » -« Je te jure. Et elle fait semblant de pleurer même. Je ne savais pas qu’elle prenais déjà des cours de comédie pour pouvoir verser ce genre de larmes » -« Lol…. En tout cas, elle nous a fait un jeu de larmes hein » -« Pathétique » -« Comme tu dis… Sinon toi ça va ? » -« Oui » -« Sûre ? » -« Oui mon chéri. Je sais à quoi tu penses mais ça va » -« Tu sais que je serai toujours là pour toi non ? » -« Oui » Papa et Maman Lyne sont revenus quelques temps plus tard et il a ainsi pu souffler ses bougies. Quelle journée ! Mais ça se voyait qu’il était toujours en colère mais Jason et moi avons décidé de ne plus rien ajouter pour le moment. On a encore passé quelques temps ensemble avant qu’il ne s’éclipse dans sa chambre. J’ai débarrassé la table et Jason m’a aidée à faire la vaisselle et à ranger. Maman Lyne était auprès de son mari dans la chambre là-bas. Je décide de faire un tour en voiture avec Jason pour nous rendre à un endroit très spécial. Là où j’ai payé le prix fort de la trahison de deux personnes en qui j’avais le plus confiance. Là où ma vie à prix un autre sens. Aujourd’hui, ça fait exactement 4 ans que je ne suis plus la femme que j’ai toujours été. Jason vient de garer sa voiture non loin de la RTI et on descend. On marche et il a posé son bras autour de mon coup comme s’il voulait me donner du courage. J’avoue que je suis émue là. C’est la première fois que je reviens sur le lieu du drame. Je finis par m’arrêter de marcher et je regarde devant moi. Il est toujours décomposé ce mur et je sais pourquoi il est dans cet état. C’est moi tout simplement qui ai fait ses dégâts. Je me souviens encore de cette nuit tragique : c’était l’anniversaire de papa ce jour-là et on avait décidé de le fêter en petit comité. Il y avait mes parents bien sûr, Malia, Jason, Tricia (Tricia Brown Mayuku) ma meilleure amie, Ross et moi. Tout était parfait et j’étais tellement heureuse à cette époque. L’homme que j’aimais m’avait demandée en mariage 6 mois auparavant et j’avais dit oui. Papa a exigé que le mariage se passe après la fin de nos études et on avait accepté. On était ensemble depuis que j’avais 17 ans et c’était l’amour fou vraiment. J’étais trop amoureuse de cet homme. Il avait deux ans de plus que moi. C’est fou comme j’ai pu l’aimer en tout cas. Ce soir-là, après le dîner, Jason était parti car il devait sortir avec des amis et je lui avais demandé de raccompagner ma best , Tricia. Je me souviens encore comment Tricia me rabâchait les oreilles avec le fait qu’elle n’aimait pas l’attitude de Malia. Elle me disait que Malia jouait à un jeu malsain. Elle avait constaté qu’elle avait des attitudes étranges avec Ross quand je n’étais pas présente dans la même pièce qu’eux comme si elle voulait l’allumer et me recommandait de garder mes yeux ouverts. Mais j’avais tellement confiance en ma sœur et je me répétais à chaque fois qu’elle ne pourrait jamais me faire ça. Il y a une certaine morale quand même que nos parents nous ont enseignée et je n’y ai jamais cru par conséquent. Si je savais peut-être que les choses auraient été différentes. Ce soir-là, papa et maman était à la terrasse et j’avais un peu plus duré que prévu dehors à discuter avec Jason et Tricia. Tricia me disait qu’elle avait un mauvais pressentiment et me demandait de ne pas sortir la nuit là en tout cas. Après qu’elle soit partie, je suis retournée dans la maison. J’ai un peu discuté avec mon père car j’ai des relations conflictuelles avec ma mère. Je vous en parlerai ne vous inquiétez pas. J’ai quitté la terrasse pour me rendre dans la bibliothèque car papa m’avait demandé de lui ramener son portable qu’il avait laissé en charge. En entrant là-bas, j’ai eu droit à la plus désagréable des surprises. Malia, ma sœur, toute nue sur Ross en pleine action sur le bureau de papa. J’ai tellement hurlé que je crois que tout le quartier m’a entendue. Je suis sortie de là en courant. Papa essayait de me parler mais je ne l’écoutais plus. J’ai pris ma voiture et je suis sortie comme une furie. J’essayais de joindre mon frère mais il ne décrochait pas. Je pleurais tellement, j’avais le coeur en lambeaux… Comment ont-ils pu me faire ça ? Je finis par appeler Tricia qui répondit et je lui racontais complètement hystérique ce qui venait de se passer. Elle hurlait et me demandait de me calmer mais je n’y arrivais pas. Tout ce dont je me souviens est que j’ai perdu de vue la route un moment. J’avais les yeux tellement mouillés que je ne distinguais plus le chemin. J’ai perdu le contrôle de ma voiture et je me suis encastrée dans cet épais mur. A mon réveil, mes parents et mon frère étaient autour de moi et maman m’annonça que j’avais eu un terrible accident. Je suis restée dans le coma 3 jours. Elle m’annonça aussi que j’étais enceinte de 4 semaines au moment de l’accident mais que l’embryon n’a pas survécu au choc brutal. J’ai accusé le coup mais je ne parlais pas. Je pleurais juste silencieusement et mon papa était inquiet. Il avait peur que je sombre dans la dépression. Ils ont tué mon enfant. Ils ont tué mon bébé. J’hurlais à l’intérieur de moi mais je n’arrivais pas à exprimer ma douleur. Ma mère essayait de me parler de Malia mais j’entrais dans une colère intensive que toutes les machines auxquelles j’étais branchée déclenchaient une alarme. Je ne voulais plus entendre parler d’elle. Elle est morte et enterrée pour moi. J’ai juste demandé Tricia et Jason l’a appelée sur son téléphone pour qu’elle passe à l’hôpital. Quand elle est entrée et m’a vue, elle s’est mise à pleurer fortement. Moi j’avais déjà tellement pleuré que je crois avoir versé toutes les larmes de mon corps. Elle était là à essayer de me faire parler et me faire rire. Je voyais bien qu’elle était triste mais je n’arrivais pas à m’exprimer là-dessus. J’étais trop mal. C’est quelle vie que j’avais comme ça ? La douleur était trop forte, trop fraîche et je refusais de parler au plus grand désespoir de mes parents, Tricia et Jason. Le médecin avait demandé à mes parents que je rencontre un psychologue qui pourrait certainement m’aider. Le jour où je suis rentrée à la maison, je suis restée dans ma chambre. J’ai déchiré tous mes souvenirs avec Malia, j’ai brûlé tout ce qu’elle m’avait offert. Mes parents avaient peur pour moi quand ils m’ont vue au salon casser toutes les portraits de Malia et moi. Je ne voulais plus de sa trace dans cette maison. Deux jours plus tard, j’étais dans ma chambre quand j’entendis sa voix. La voix de ce c*****d. Il a l’audace de se pointer chez mes parents ce s****d. Il hurlait qu’il voulait me voir. J’entendais des bruits étranges comme étouffés mais je n’y prêtais attention. D’ailleurs, il faut que je lui rende sa bague car je refuse de la garder. Je sors de ce pas de ma chambre et me rends au salon mais il était déjà parti. Jason se rapproche de moi et me serre fort dans ses bras. Je sais qu’il est en colère mais essaye de se calmer en ma présence. Je lui remets ma bague de fiançailles et il me dit qu’il la lui rendra. Je suis remontée dans ma chambre où Tricia m’a rejointe quelques heures plus tard. Elle me parlait et j’appris ainsi que durant mon séjour à l’hôpital, il s’était passé des choses. Elle avait attendu Malia un matin et lui avait donné la correction de sa vie. Le soir de mon accident, Malia et Ross ont osé se pointer à l’hôpital, mal leur en a pris. Malia a reçu une droite magistrale de la part de papa et Jason et Ross un coup de poing de Jason. Ils ne venaient pas à l’hôpital car on leur avait i******t l’accès et apparemment maman n’avait pas été d’accord avec les méthodes de papa. De toute façon, elle a toujours préféré Malia, donc ça ne m’étonne même pas un peu quoi ? Ross avait tenté de me joindre à de multiples reprises mais je refusais de l’écouter. Il m’envoyait des mails mais je l’ai bloqué et tout supprimé sans en avoir lu aucun. J’ai changé de numéro de téléphone pour ne plus qu’il me harcèle. La vie avait repris son cours. Je reprenais du poil de la b**e et essayait de reprendre ma vie là où elle s’était arrêtée. J’avais émis mon souhait à Jason de partir un moment car j’étouffais ici. J’avais besoin d’être loin de cette vie, de cette double trahison. Il m’a comprise et soutenue auprès de papa quand je lui ai annoncé mon intention de quitter le pays. C’est ainsi que je me suis retrouvée à New-York. Mais avant de partir, j’ai croisé Malia3 jours avant mon voyage et je l’ai tellement frappée que je pleurais de rage.  Voilà l’histoire de ma vie. Je me suis retrouvée exilée à l’étranger pour oublier toute cette histoire et avancer dans ma vie. Mon père a renié Malia à cause de son acte ignoble. Cela a causé des soucis dans son mariage avec ma mère et ils ont fini par divorcer. Malia a divisé notre famille mais j’ai gagné une maman d’exception : Maman Lyne. Elle est la mère que j’ai toujours voulu avoir et non celle que Dieu m’a donnée. J’ai souffert énormément avec ma mère si vous saviez. Elle était horrible avec moi alors qu’elle était tout le contraire avec sa fille chérie.   Cette histoire m’a changée. Depuis lors, je ne suis plus la personne que j’étais. De toute façon, vous le découvrirez au fil du temps. J’ai les larmes aux yeux en repensant à tout ça et heureusement que mon soutien est toujours là. Cette histoire nous a beaucoup rapprochés mon frère et moi. On était déjà proches avant mais là on l’est encore plus. On se comprend tellement bien qu’on croirait que c’est lui mon jumeau et non Malia. Revivre tout cela a été extrêmement douloureux et a refais sortir des souvenirs traumatisants que je veux oublier. Mais Dieu est Grand ! Il m’aidera à surmonter toute ma peine et rancœur un jour. On rentre finalement à la maison et on voit Maman Lyne et papa entrain de se balader dans l’immense jardin. La bonne humeur étant de retour, tout va bien. ……………………………………………………………………………………………………………………………….. Une semaine plus tard Je suis à Assinie avec Jason et Tricia et c’est le kiff total même. On s’amuse comme des fous. Jason est parti à la chasse pour ramener une fille avec lui ce soir car il veut grai hein cette enfant-là. Je suis allongée sur mon transat, derrière mes lunettes de soleil quand je vois…Un vrai appolon. Non mais le gars est trop s****l rien qu’en le regardant et là un de mes vieux démons s’impose à moi comme une réalité. Je le veux comme prochain s*x-friend. Tricia me regarde choquée . Je ne veux plus de sérieux avec les hommes. Je ne veux plus m’engager pour souffrir comme aujourd’hui. Je sirote mon verre de cocktail tranquillement lorsque j’entends une voix trop sexy à mon oreille : J’aimerais vous inviter dîner quelque part. Est-ce possible jeune demoiselle ? » Non mais le gars là sa voix est trop…Je ne sais même pas quoi dire car je perds mes moyens là. Je m’apprêtais à lui répondre lorsque j’entendis la voix de mon frère. -« Karl laisse-là hein… C’est ma sœur » -« Laquelle ? » -« Celle qui est à New-York » -« Elle a changé hein » -« Et comment ? » Jason me regardait en souriant et moi je regardais Karl car je le voulais. Le fait qu’il soit le pote à Jason risquait de faire durer l’équation. Barré! Pote ou pas pote, il me le faut forcément.
Free reading for new users
Scan code to download app
Facebookexpand_more
  • author-avatar
    Writer
  • chap_listContents
  • likeADD