bc

Requiem pour l'Ankou

book_age0+
0
FOLLOW
1K
READ
like
intro-logo
Blurb

Un prédateur sévirait sur les sentiers d'un célèbre pèlerinage breton... L'assassin serait-il le diable en personne ?

Le commissaire Workan est heureux, il se prépare à partir pour d'idylliques vacances, dans le Sud avec la lieutenante Leila Mahir. Hélas il est appelé par son divisionnaire afin de mettre la main sur un prédateur qui sévirait sur les sentiers d'un célèbre pèlerinage breton : le Tro Breiz. Sous la chaleur écrasante, nous allons retrouver Workan et sa complice, pèlerine légère et court vêtue, arpenter les chemins de Cornouaille d'oraisons en veillées de miséricorde. Comment repérer le machiavélique randonneur dans cette foule détonnante animée par des aspirations diverses ? C'est alors que le pèlerinage aborde les Monts d'Arrée. Une étrange mise en scène macabre les attend à Brasparts puis à Commana. Elle mènera la traque des enquêteurs dans le Yeun Elez, aux Portes de l'enfer. Le pays de l'Ankou... L'assassin serait-il le diable en personne ?

Retrouvez une nouvelle enquête du commissaire Workan, insolent mais hilarant et terriblement attachant !

EXTRAIT

Au détour d’un sentier alors qu’il cheminait sous un bosquet de noisetiers, Workan rattrapa le lederhose en cuir avec l’abbé Morin sanglé à l’intérieur. Il était en compagnie des deux filles que Lucien avait aperçues la veille.

— Bonjour mon Père, ahana-t-il à nouveau, dans le dos de l’ecclésiastique, avec l’intention de le faire ralentir. Celui-ci se retourna.

— Ah, mon fils, quelle joie de vous voir en plein effort ! Mes sœurs, je vous présente monsieur Workan, je crois qu’il est journaliste. D’après mes sources, qui ne sont pas divines, c’est un très grand reporter.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Hugo Buan se sert des codes du genre policier, pour nous mener tranquillement et dans la bonne humeur là où il veut. Il écrit là le dixième tome avec son commissaire -que personnellement je découvre- ; je me ferais bien la série en entier... - blog Lyvre

À PROPOS DE L'AUTEUR

Hugo Buan est né en 1947 à Saint-Malo où il vit et écrit. Passionné de polars, après une carrière professionnelle de dessinateur dans le Génie Civil, il publie en 2008 son premier roman,Hortensias Blues, une enquête policière bourrée d’humour à l’imagination débordante. Il crée ainsi le personnage du commissaire Lucien Workan, fonctionnaire quelque peu en disgrâce auprès de sa hiérarchie, ce qui lui vaut d’être muté depuis Toulouse, où il a laissé sa famille, à Rennes. Ses méthodes sont encore largement désapprouvées par son nouveau patron, mais pour Workan, seul le résultat compte ! Un honnête premier succès pour l’auteur qui embraye dès 2009 avec Cézembre noire, dans lequel « il laisse libre cours à son style débridé ». Ajoutons que ses ouvrages se sont retrouvés sélectionnés pour pas moins de 5 prix, parmi lesquels le Prix Michel Lebrun au Mans et le Prix Polar de Cognac.

chap-preview
Free preview
Chapitre 1
Chapitre 1« Cette promenade en péniche sur le canal du Midi sera un enchantement ! » Lucien Workan rangea la plaquette commerciale vantant la qualité des équipements du bateau, dans un tiroir de son bureau. C’était la solution qu’il avait imaginée quand il avait appris de Véronique, sa future ex-femme, qu’elle naviguerait cet été sur cette superbe voie d’eau. Et ceci en compagnie de sa fille, Jeanne, et de son ineffable remplaçant dans le cœur de Véro : l’agent immobilier, José. Évidemment, ça, c’était moins plaisant, genre de truc qui peut gâcher les vacances, mais comment profiter de sa fille autrement ? Il fut décidé avec l’accord de Véro que Lucien louerait sa propre péniche, les deux navigations vogueraient de concert au gré des flots du canal. La chanceuse Jeanne profiterait ainsi de son papa et de sa maman. L’adolescente, qui aimait beaucoup Leila Mahir, la subordonnée, lieutenante, et amante de son père, fut ravie d’apprendre qu’elle l’accompagnait dans cette expédition. Ce n’était plus un secret ; Véronique n’ignorait rien de la relation de Lucien et les deux femmes s’appréciaient. On était samedi ; lundi, les deux flics prenaient l’avion pour Toulouse et le soir, ils couchaient sur leur péniche à Port-Lauragais. Que du bonheur ! Workan se redressa dans son fauteuil et regarda l’homme nu qui était assis en face de lui. Dans tous les commissariats, début août, c’est la zone, le désert, la friche industrielle, la migration vers le soleil. Commissaire ou pas, en ce samedi de canicule, Workan était de permanence et devait réguler et régler les basses besognes. C’est ainsi qu’il s’était retrouvé avec un mec à poil dans son bureau, amené là par le brigadier Merdic de Concarneau (précision géographique obligatoire tant ce nom, prononcé seul, porte préjudice) qui lui laissa en même temps la déposition écrite du prévenu. Workan la feuilleta, fit la moue ; malgré le soleil et la chaleur, ce rapport se voulait d’une obscurité totale. Il comprenait mieux, maintenant, pourquoi il avait hérité du bébé. — Vous aimez les péniches ? tenta, timidement, l’homme devant le mutisme du commissaire. — Ta gueule ! fit Workan en levant un sourcil. Il ajouta : Évitez de croiser et de décroiser les jambes ! La décence était sauve puisque l’homme portait une serviette de toilette autour de la taille, nouée par un gros nœud dont Workan redoutait qu’il se fasse la malle. « Géraldine Coiffure », calligraphié sur la serviette, en indiquait la provenance. — Pourquoi êtes-vous rentré nu dans ce salon de coiffure pour femmes ? demanda Workan d’une voix fatiguée. — Fallait bien que je me cache quelque part, répondit crânement le nudiste. — Je sens que cette affaire va m’énerver, murmura Workan entre ses dents. — Vous voyez, fit l’autre, qui avait compris les paroles, tout le monde s’énerve dans cette histoire alors que c’est simple comme tout. — Parce que vous croyez que tout le monde rentre à poil dans les salons de coiffure ? — J’ai pas dit ça. Lisez ma déposition… « Ce mec est un inconscient, songea Workan, il ne sait pas dans quel bureau il est ni avec quel flic il est. Personnellement, c’est le dernier endroit où je voudrais me trouver, et ce type fanfaronne, p****n, je n’le crois pas ! » — Quelle est votre profession, monsieur Dubois ? — Banquier ! — Quelle banque ? — Le CUL ! — Pardon ? — Le Crédit Universel en Ligne… Une banque par Internet vingt-quatre heures sur vingt-quatre. — Et vous travaillez où ? — Chez moi, devant mon ordi. — Vos clients ne vous voient jamais ? — Non. — Heureusement ! — C’est exceptionnel ce que vous voyez là, monsieur le commissaire, c’est à cause de la canicule. Monsieur Dubois reprenait du poil de la bête, si on peut dire. Workan se dit qu’il fallait calmer les ardeurs naissantes du banquier. — Vous croyez qu’à cause de la canicule, je vais me mettre à oilpé et pénétrer, fier comme Artaban, dans le premier salon de coiffure venu ? ironisa Workan. — Je n’en sais rien, j’ai précisé sur ma déposition que c’était un cas de force majeure, monsieur le commissaire, lisez, vous allez voir… Workan, l’œil sombre, parcourut la déposition en diagonale. Il marmonna le texte, la voix sourde, et hocha la tête. — Ainsi, monsieur Dubois, quand vous êtes passé devant le numéro 25 de la rue en question, le 25 étant une maison qui se trouve en face du salon de coiffure, vous vous êtes dit : Tiens, si j’allais prendre une douche dans cette maison ? Je précise qu’à ce moment-là, vous étiez toujours habillé… Vous connaissiez la propriétaire ? — Pas vraiment. — Donc, c’est naturel d’aller prendre une douche chez des gens qu’on ne connaît pas ? — Euh… — Madame Salazar vous a laissé pénétrer dans sa maison parce que, si je lis bien ce que vous avez déclaré, « elle était bourrée ». Exact ? — Euh… oui. — Vous avez rencontré cette septuagénaire dans un bistrot près de la gare, après le dîner, et vous lui avez payé un calva… Exact ? — Oui… enfin, deux. — Vous avez approfondi cette connaissance, je suppose ? Vous avez appris qu’elle vivait seule, et c’est peut-être à ce moment-là que vous lui avez demandé la permission d’aller prendre une douche chez elle… Vous espériez quoi, monsieur Dubois ? — Ben… — La sauter ?... Je vois que vous avez cinquante ans, elle, soixante-quinze, pourquoi pas ? Il y a de nombreux exemples à ce sujet, mais je lis dans votre petit casier judiciaire que vous aviez été mis un peu en cause pour une affaire d’attentat à la pudeur à la sortie d’une maison de retraite… Alors ? Gérontophile, monsieur Dubois ? Le grand échalas blanc, peu velu, se contorsionna sur sa chaise. Il vérifia le nœud de la serviette de toilette, son visage devint écarlate, les révélations de Workan le touchaient dans son intimité. — C’est vrai qu’elle m’a autorisé, vu la canicule, à aller prendre une douche chez elle. Mais c’était en tout bien tout honneur. — Laissez l’honneur de côté, monsieur Dubois, il y a des mots qu’il ne faut pas galvauder quand le cul est au centre du débat. Je vois que vous n’habitez pas très loin de votre « m’amie », pourquoi choisir sa douche à elle et pas la vôtre ? — Ben… — C’est plus romantique de se balader à poil chez une inconnue, lui exposer son robot mixeur, se lancer dans la fabrication d’un cake, disserter du papier peint, et tout ça en se tenant le manche pour s’assurer de sa plénitude… Et là, je suis gentil. — Je n’ai pas eu le temps de prendre la douche, balbutia Dubois. — Et pour cause… Workan feuilleta à nouveau la déposition, s’arrêta sur la bonne page. — M’amie Salazar ne vous avait pas prévenu qu’elle hébergeait de temps en temps un jeune homme, un sans domicile fixe, mais son domicile à elle lui servait parfois de crèche à ce jeune tatoué – c’est écrit sur le rapport. Au moment où vous alliez vous glisser sous la douche, il est arrivé, il a fulminé et vous a coursé. Exact ? — Exact. Un sauvage. Un alcoolo. — Alors, n’écoutant que votre courage, sans même ramasser vos fringues, vous êtes sorti en courant de chez m’amie, avez traversé la rue et pénétré dans le salon de coiffure sous les cris d’orfraie de la gent féminine qui y était présente. — Quelle b***e d’hypocrites ! — Qui ça ? — Les femmes. — Pourquoi ? — Est-ce que nous, les mecs, si on voit une femme se balader à poil, on va se mettre à pousser des cris de frayeur ? Je vous le demande, monsieur le commissaire ? — En tout cas, c’est votre jugement et je vous le laisse… Bien, je continue : la patronne, Géraldine, a prévenu la police de votre intrusion dans « l’institut capillaire ». Forces de police qui sont intervenues dans les dix minutes. Tout ça est exact ? — Ouais, à quelques détails près. — je n’ai pas envie d’en débattre. Vous reconnaissez les faits ? — Oui. — Bien, pour l’instant il n’y a pas de dépôt de plainte de madame Salazar ni de Géraldine. En attendant la suite à donner à cette affaire, vous allez pouvoir regagner votre domicile, nous allons prévenir votre femme afin qu’elle vienne vous chercher et… — Ah non ! Pas ma femme ! — La banque, alors ? — Non plus. Personne. — Vous n’allez pas rentrer à poil chez vous ! — Vous n’avez pas un uniforme en rab ? — Dubois, vous croyez que je vais maîtriser la situation encore bien longtemps ? Workan appuya sur une touche de son combiné téléphonique. — Brigadier ? Montez chercher l’individu ! — Et comment je vais faire avec ma femme ? se lamenta le naturiste. — Vous verrez ça avec le brigadier Merdic ! Bonnes vacances, monsieur Dubois ! Deux heures, c’était le temps qu’il lui restait à passer au commissariat avant le grand départ en vacances. La lieutenante Leila Mahir toqua et ouvrit la porte du bureau sans même attendre de réponse. Elle agitait devant elle des petits morceaux de tissu à fleurs. — Regarde ce que j’ai acheté… deux maillots de bain, je suis allée aux Galeries et hop ! sur mon corps de rêve. Bon, ils sont un peu mini, mais tant pis, José pourra hisser les voiles sur sa péniche. J’espère que Véro ne sera pas trop choquée… Comme je suis beaucoup plus jeune qu’elle, ça pourrait la rendre jalouse. Qu’est-ce t’en penses ? — D’un coup, là, j’ai pas trop envie de penser, j’ai comme l’impression que ça pourrait virer en vacances de merde notre aventure sur le canal. — Mais non, t’inquiète ! C’est pas une paire de nichons et un petit cul comme le mien qui vont foutre leur zone. — Mais qu’est-ce que tu fais ? balbutia Workan alors que Leila ôtait son tee-shirt et se retrouvait en soutien-gorge. — Ben, faut bien que je te montre les bikinis sur moi pour que tu me donnes ton avis. — Rhabille-toi, tout de suite ! tonna Lucien. — Merde ! Y a bien un mec qui se balade à poil à l’accueil et personne ne dit rien. — Il a bien une serviette autour de la taille ? — Oui, mais ça se voit bien qu’il n’a rien en dessous. — Comment tu sais ça ? — Mon intuition. Les femmes devinent ces choses-là… D’ailleurs, qui c’est ce type ? — Un exhibitionniste, spécialisé en gériatrie et femmes mûres, matures, seniors, comme tu voudras. J’aime bien les gens qui se spécialisent, ça fait moins amateur et touche-à-tout. — C’est un malade ! — Nous ne sommes pas médecins, lieutenante, ce n’est pas à nous de juger. — On prend l’avion à quelle heure demain ? — Quinze heures vingt, arrivée à seize heures trente à Toulouse et… Il s’interrompit, le nom de Prigent s’afficha sur l’écran de son portable. Leila enfilait son tee-shirt. — Monsieur le divisionnaire… dit Workan. — Dieu soit loué, vous n’êtes pas encore parti ! — Si, je suis dans l’avion, je ne suis pas joignable, monsieur le divisionnaire. — Je vois votre char dans la cour, Workan. — Alors pourquoi vous me demandez si je suis là ? — Parce que je savais que vous alliez me mentir… Code 10-110, Workan ! — C’est quoi le code 10-110, déjà ? — La fin des vacances ! — Ça ne peut pas être la fin puisqu’elles n’ont pas encore commencé, soyez raisonnable, monsieur le divisionnaire. D’ailleurs, nous n’employons pas de numéros de code chez nous. — C’est exact et je le déplore. C’est pour cela que je travaille avec les codes des flics américains. — OK ! Mais vous êtes le seul à les connaître, mettez-vous à notre place… — Je n’ai pas envie d’être à votre place, et encore moins maintenant, quand vous saurez le genre de vacances que vous allez passer. — C’est… c’est-à-dire ? balbutia Workan. — Le baroud ! Commissaire !... La randonnée ! Le bivouac ! — Vous savez que j’ai une aversion pour les randonneurs et les cyclotouristes… Je dis non à tout ce que vous allez me proposer. — Et moi je dis que c’est un ordre ! Montez dans mon bureau ! La procureure Sylviane Guérin et moi-même vous attendons. Si Mahir est dans les parages, dites-lui de vous accompagner. — Et la randonnée, c’est dans le Sud ?... Elle est défalquée de nos vacances ? — Non, c’n’est pas dans le Sud, mais ici, en Bretagne. — Ah ! Ce n’est pas réjouissant. — La Bretagne est belle, Workan. — Je l’admets, mais un peu de dépaysement m’aurait fait du bien. — Pour être dépaysé, vous allez être dépaysé ! Vous n’en voudrez plus. — Et comment s’appelle cette chose qui va me dépayser ? — Le Tro Breiz ! Sans H à Breiz !

editor-pick
Dreame-Editor's pick

bc

Mon mec ce mafieux... Nouvelle génération ( tome 5 et 6 )

read
6.5K
bc

Saga du Loup Mort

read
1.8K
bc

Mon retour à San Diego

read
1K
bc

Dans L'antre du Mafieux : La Saga des frères Pelizzari :( Le Mystérieux Lorenzo Pellizarri) Tome 1

read
15.5K
bc

Douce sois la vengeance

read
4.7K
bc

enfermé

read
5.6K
bc

Parce que tu es ma dame

read
2.4K

Scan code to download app

download_iosApp Store
google icon
Google Play
Facebook